Gravures

Pierre Aubert se passionne très tôt pour l’art et découvre la gravure sur bois à l’âge de seize ans, en 1926. En parallèle de son activité de paysan, il apprend de 1928 à 1933 l’histoire et les particularités de cette technique auprès de Tell Rochat, jeune artiste et bûcheron du Pont, à la Vallée de Joux. Ses premières xylographies et linogravures datent de cette époque.

files/images/pierre_aubert_graveur_640x640.jpg
Lors de la Seconde Guerre mondiale, le style de Pierre Aubert s’affirme. La suite de paysages Ombre et lumière porte un titre emblématique qui exprime les préoccupations liées à l'œuvre gravé. Dédié entièrement à son travail d’artiste depuis les années 1950, Aubert entame une intense période d’expérimentation : noirs et blancs tranchés, valeurs de tailles nuancées, mais également épreuves en couleurs pour lesquelles il revisite quelques-unes de ses anciennes réalisations. Tel est le cas du Sous-bois, novembre, variation sur une des gravures de l’album Ombre et lumière exécuté durant les années 1940-1941.

Les paysages occupent plus des deux tiers de l’œuvre. Trois lieux-clés en sont les piliers : la Vallée de Joux natale, Romainmôtier où il s’installe au début des années 1960 et Paris, capitale des arts, dans laquelle il se rend régulièrement tout au long de sa vie. Sa dernière gravure, Les Aiguilles-de-Baulmes, est un paysage, exécuté en 1987.

Omniprésent dans ses estampes, le thème de l'arbre reflète généralement des préoccupations intimes. Le Vieux tronc, une de ses pièces maîtresses, est ainsi traité comme un portrait, voire un autoportrait. L’esprit dans lequel Pierre Aubert figure les arbres n’est d’ailleurs pas sans rappeler l’œuvre de Ferdinand Hodler, peintre tant estimé par l’artiste vaudois. Chez Aubert, le lien entre le sujet et le support est renforcé par le choix du médium, la gravure sur bois. Elle est rapidement devenue la technique de prédilection de Pierre Aubert, reconnu comme l’un des représentants majeurs de cet art en Suisse au XXe siècle. Son œuvre gravé compte un millier de xylographies réunies dans un catalogue raisonné édité en 2007, vingt ans après le décès de l’artiste.

Actuellement, exposition consacrée à l'œuvre gravé:
Pierre Aubert. Maître des bois
au Pavillon de l'estampe, Cabinet cantonal des estampes, Musée Jenisch Vevey
du 17 mai au 25 août 2024
sous le commissariat de Sébastien Dizerens
Visite guidée éclair lors de la Nuit des musées, le samedi 25 mai à 20h30
Visite commentée, le jeudi 13 juin à 18h30